Coronavirus : comment 4 médias américains ont sollicité l’aide de leurs lecteurs

En pleine pandémie mondiale de coronavirus, les médias du monde entier sont en souffrance, avec une perte vertigineuse de leurs revenus publicitaires. La solution est commune : parier sur les abonnements et sur la solidarité des lecteurs. Mais le moyen est différent. Alors que les grands médias français restent dans l’ensemble « discrets », les éditeurs américains, eux, n’hésitent pas à afficher la situation pour recruter des abonnés ou solliciter des dons de soutien. Et cela semble fonctionner…

Dans un article publié sur le site Digiday, la journaliste Kayleigh Barber, recense quelques initiatives Outre-Atlantique :

  • Le New York Times a diffusé des bannières affichant : « En période d’incertitude, laissez les faits vous guider » et a demandé aux lecteurs d’acheter une tasse Times pour soutenir sa mission.

« Nous avons besoin de vous pour combler le vide »

  • The Guardian, basé sur un modèle de dons et d’abonnements, a été limpide : « En ce moment crucial, les revenus publicitaires sont en chute libre. Nous avons besoin de vous pour combler le vide », peut-on lire dans leur bannière jaune vif.

  • BuzzFeed News a inséré un bloc dans ses newsletters et sur son site dans lequel il est écrit « plus que jamais auparavant, nous avons besoin de votre aide pour que tout cela continue ».
  • Le paywall du Daily Beast indique : « Moments critiques. Des résultats sans précédent. Soutenez The Beast.»

Bien sûr, tous les médias américains n’ont pas adopté cette stratégie mais ceux qui l’ont fait ont obtenu des résultats. D’après Kayleigh Barber, The Guardian a reçu le soutien de 870 000 personnes dans le monde. Un porte-parole de BuzzFeed News a déclaré que le nombre de nouveaux abonnés en mars et avril avait largement été multiplié par rapport aux mois de janvier et février. Et le Daily Beast, quant à lui, a connu une croissance à trois chiffres de ses membres payants entre depuis mi-mars (par rapport à la période entre janvier et mi-mars) et la valeur moyenne des commandes sur les abonnements a augmenté de 35%, selon leur Chief Revenue Officer Mia Libby.

Au-delà des divergences culturelles évidentes, et sans présager de l’efficacité de la méthode, il pourrait être judicieux pour certains médias de réaliser de l’AB/testing sur les paywalls ou dans des bannières avec des messages de ce type.

Voici quelques essais réalisés avec le paywall Poool, à A/B tester :

Photo : SnapwireSnaps de Pixabay

 

 

 

Stéphane Desmichelle

Stéphane Desmichelle est Consultante Editorial chez Underlines. Anciennement journaliste à L'Obs, puis rédactrice en chef adjointe à Sciences et Avenir et au Nouveau Magazine Littéraire, elle s'est spécialisée sur les stratégies de contenu.