Paywalls : allons-y franco ! 3 exemples qui s’assument

Vous hésitez entre offrir 3 ou 5 articles avant d’afficher votre paywall ? Il est vrai que plus un lecteur lit d’articles à sa première visite, plus il a de chances de revenir. Mais pour un éditeur qui n’est pas tenu à des records d’audience par sa stratégie publicitaire, une direction vaniteuse ou… par habitude, ces 3 exemples de blocage avant le premier contenu ont quelque chose de séduisant. Parce que la valeur est perceptible d’emblée. Assumée.

1. Le plus soft : The Washington Post

A la première visite depuis l’Europe, en lieu et place de l’horrible bandeau “cookies”, nous avons cette page, visible directement ici : https://www.washingtonpost.com/gdpr-consent/

“Bonjour européen, bienvenue chez moi, voilà ce que je fais, et voilà comment tu peux en profiter si ça t’intéresse”, semble dire cette (élégante) page.

Au choix : version gratuite avec nombre limité d’articles et dépôt de cookies ; version basique à 6$/mois avec articles illimités mais toujours le tracking ; ou expérience premium sans pub sans cookies mais plus chère (9$ /mois) : c’est simple et clair.

2. Le plus sexy : The Athletic

https://theathletic.com/

Sur la page d’accueil, l’immersion dans l’univers sportif est immédiate, et la proposition sans équivoque : “Tu veux de l’exclusif sur le sport ? Nous sommes les meilleurs sur le fond et la forme, et d’ailleurs scroll un peu et tu le verras”

L’appel : une offre découverte de 7 jours. Ensuite, c’est 9,99£/mois, un peu moins si le lecteur accepte de payer l’année d’un coup. Encore une fois, simplicité, qualité, force.

3. Le plus ferme : De Correspondent

https://decorrespondent.nl/

Chez ce média néerlandais, la home est un véritable argumentaire pour l’abonnement.

Les bénéfices sont listés, les valeurs affirmées :

Et la mission, partagée :

Encore un doute ? De Correspondent vous montre 3 articles “exemples” :

Le point commun à ces 3 exemples

Une mission évidente, une identité forte :

“Support great journalism” / “In-depth sports stories you won’t find anywhere else” / “Unbreaking news. News as we know it leaves us cynical, divided, and less informed. Together, we can change that.”

Le dernier kilomètre

Et en bonus, juste avant le paiement, Athletic montre quelques témoignages clients :

Marion Wyss

Co-fondatrice d'Underlines, Marion a travaillé pendant près de 15 ans pour des éditeurs de presse en ligne, du magazine ELLE à L'Obs. De 2017 à 2019, elle a été Directrice numérique déléguée de l'hebdomadaire économique Challenges, et du mensuel Sciences et Avenir.